dimanche 30 décembre 2007

Plus besoin de commander au fabuleux Centre des Mets Chinois de Montréal!


Car c'est pas mangeable, mais surtout parce qu'enfin, on a une merveilleuse recette de petites côtes levées à la chinoise! Sans blague, non mais là, vraiment, c'est très étonnant comme résultat. J'ai bien du boire 1/2 tasse de sauce non-cuite juste pour être certaine que je ne rêvais pas (oui oui, quand les côtes levées étaient encore bien roses...). La photo ne fait pas honneur au plat: sur l'image, elles sont froides, et en plus, les mini côtes levées n'ont jamais été très glamours et sexy mais dieu qu'elles sentent bon! Un peu comme maman... (note à ma mère et à ses éventuels amis de coeur: c'est une blague). J'ai eu la chance de me faire offrir cette recette non testée par une gentille forumeuse du site Recettes du Québec, Anat, qui la tenait d'un livre dont à ses dires, toutes les recettes étaient fabuleuses. Je ne l'obstinerai jamais après avoir mangé ce délice calorifique. Vous vous demandez probablement déjà "mais OÙ me procurer les meilleures petites côtes levées à Montréal tout en encourageant le commerce local?": chez Porc Meilleur, au Marché Jean-Talon, bien entendu. Elles sont vendues sous vide en paquet de un kilo, et lorsqu'achetées congelées, vous avez 10% de rabais mes chers amis...


Côtes levées sucrées à l'ail


4 tasses (1 l) de bouillon de poulet, dégraissé
6 gousses d'ail, hachées
1 1/2 tasse (375 ml) de cassonade
1/4 tasse (60 ml) de sauce soya
4 c. à thé (20 ml) de gingembre frais, râpé finement
1 c. à thé (5 ml) de poudre de cinq épices chinoises
3 lb (1,5 kg) de côtes levées de porc, coupées individuellement


Dans une grande casserole, mélanger tous les ingrédients sauf les côtes levées. Chauffer jusqu'à ce que la cassonade soit dissoute. Ajouter les côtes levées. Couvrir et laisser mijoter à feu moyen 30 minutes. Remuer régulièrement. Poursuivre la cuisson à feu moyen-élevé, à découvert, environ 45 minutes, jusqu'à ce que presque tout le liquide soit évaporé et que les côtes soient caramélisées. (Moi: j'ai fait l'erreur de faire cuire trop de côtes levées dans un chaudron trop petit, ce qui n'a pas permi à la sauce de bien s'évaporer. J'ai donc tout simplement retiré très délicatement les côtes avec une louche trouée et j'ai fait réduire la sauce à gros bouillon jusqu'à consistance désirée, puis nappé les côtes de la sauce chaude)


Note: La poudre de cinq épices chinoises est un mélange d'épices intense composé de grains de poivre, de cannelle, de clous de girofle, de fenouil et d'anis étoile. Il est vendu ainsi, tout préparé, dans la section des épices. A défaut d'en trouver, composez le mélange vous-même en combinant les cinq épices en proportion égale. Vous pouvez remplacer l'anis étoile par de l'anis moulu.


Source: offerte par Anat, qui la tient du livre "Cuisine orientale simple et facile", collection Bon Appétit Plus

5 commentaires:

Gil a dit…

ça tombe bien, cela me faisait un peu loin Montréal !lol

Malorie a dit…

Ha ha ha!
Petite anecdote en passant: la dernière fois ou j'ai téléphoné à ce pseudo-restaurant asiatique, une femme entre deux âges et au ton absolument indifférent m'a répondu avec un accent indéniablement québécois. Je lui ai demandé "de quoi se compose ce plat qui me semble délicieux de tofu sauté spécial maison?". La gente dame de me répondre: "J'mange pas ça moé ces affaires là, je l'sais-tu?". Silence de ma part au bout du fil (stupéfaction), suivie d'un silence de sa part(indifférence), puis d'un silence de ma part(hésitation), puis enfin "Heu... j'vais prendre un poulet général Tao alors?". Je DÉTESTE ça ce poulet-là, en plus, et à cet endroit, on dirait qu'il baigne dans de la confiture!
Leçon de l'histoire: n'émigre pas au Québec pour avoir la chance de commander à cet endroit.

Isabelle a dit…

C'était tout simplement délicieux, une recette à refaire assurément.

Merci Malorie :)

jeanmarc a dit…

J'ai suivi la recette de A à Z et je la trouve ok mais jamais comme au resto

Jobinette a dit…

Tout à fait DÉ-LI-CIEUX!!!Merci pour cette recette. Mon fils en a raffolé.