lundi 9 mars 2009

12 brioches à la laine d'acier et jus frais pomme, fraise et gingembre pour réussir à les faire passer

Après deux jours d'hésitation, j'ai décidé de publier tout de même ce billet. Oui, la recette est complètement ratée mais l'important étant l'événement pour lesquelles ces brioches au carton ont été produites plutôt que la recette elle-même, la publication de ce petit mot était nécessaire. J'espère vous faire un peu rigoler par la même occasion, au moins, le bordel dans ma cuisine et ma brûlure à l'oesophage n'auront pas été vains.
Et oui, le 7 mars sont nées ma soeur et ma mère. Moi aussi ça s'en vient rapidement, si vous me connaissez un peu, vous le savez car je vous en parle aux deux jours de ce fameux trentième anniversaire que je veux absolument décadent, dégoulinant d'alcool, d'amis, de rires bien gras et de nourriture bien beurrée. Si en plus un lecteur millionnaire complètement fan de ce blog passe par ici, la journée du 23 mars (je donne mon adresse et mon code postal à tout fan millionnaire pouvant prouver son statut avec un relevé bancaire à jour) serait encore plus belle si je recevais en cadeau un voyage à New-York accompagné d'une mise de fond pour l'achat d'une maison. Vraiment, ça commencerait bien ma vie adulte. À bien y penser, je ne cracherais pas non-plus sur des billets pour la Turquie, ou encore un tout simple souper chez El Bulli...

Revenons à cette soeur et à cette mère, donc, qui cette année encore, auront un an de plus (quelle phrase bien intelligente et parlante. Une carrière en carterie ne m'attend pas au détour). Je leur souhaite à toutes deux une année bien remplie, une année de santé, une année d'amour aussi. Tient, des jonquilles pour imager tout le bien que je leur souhaite, ça fait bonne fille et bonne soeur.

Je me suis dit que de préparer une petite gâterie pour leur matin de fête, ce serait vraiment une idée fantastique. Un truc bien cochon, bien chaud, bien cuisiné: c'est ce que je fais le mieux après tout. Enfin, j'y croyais avant de voir le résultat minable qui est sorti en ce matin du 7 mars de mon four.

En rentrant du travail à 23h le 6 mars, donc, j'ai popoté une pâte à brioches: quoi de plus festif qu'une, deux, voir trois brioches bien dodues et chaudes pour commencer une nouvelle année? C'était sans compter ce foutu garde-manger granole, là il m'a fait chier solidement: que de la farine de blé entier!!! Et pas juste une farine légèrement brune, non, une farine avec de bons gros flocons de son à l'intérieur, un truc genre moulu à la machette. Je me suis dit basta, je vais ajouter des écorces d'agrumes confits, du chocolat Cacao Barry à 70% et du gingembre et ça va nous camoufler ces petits copeaux de sciure, c'est certain! HA HA HA!!! Quelle idiote... Avoir su, j'aurais bu, puis j'aurais été dormir un bon coup pour simplement dévaliser le lendemain matin la pâtisserie du coin. J'aurais fait du café, j'aurais acheté des fleurs et ça aurait fait le travail. Mais non, j'ai plutôt opté pour le compliqué et le pas mangeable, l'étouffe chrétien, l'humiliant, le générateur de vaisselle salle: j'ai cuisiné des foutues brioches la moitié de la nuit et je me suis levée ce matin pour continuer le carnage, le pétrissage, le façonnage... j'ai même réussit à me brûler l'oesophage au troisième degré en goûtant à la dite chose avant de manquer mourir par suffocation. Essayez de respirer avec une brique dans la gorge: pas simple. Le pire, c'est qu'elles étaient jolies, les petites salopes! Bon, avant cuisson, elles m'avaient bien fait peur, voyez par vous-même!

Ça ressemblait à ça après la dernière levée: de gros tétons mous et pâles à l'aréole décentrée! J'espérais franchement à ce stade que ça change de forme, gonfle un peu à la cuisson, non mais, j'allais pas offrir aux femmes de ma vie qui avançaient en âge ce matin là une paire de ces pâtisseries qui risqueraient de leur rappeler méchamment les ravages du temps qui va indubitablement faire son office...

Jugez: après cuisson, elles étaient très présentables.

Un peu foncées, mais fermes, et elles sentaient bon. Rien à voir avec le produit initial. Malheureusement, à l'image des poitrines fermes, bronzées et galbées de certaines starlettes américaines, elles ne cachaient que déception et fausses promesses. Aucun moelleux, aucune saveur, pas de véritable arôme: jolies mais ça s'arrête là, à consommer rapidement si on veut en soutirer un minimum de bonheur car perdant vraiment tout intérêt en prenant de l'âge, devenant alors sèches et grumeleuses...


J'ai tout de même choisi de livrer ces boules de déception à ma soeur, car par manque de temps, je ne pouvais faire mieux et je me suis dit qu'au moins, elle noterait l'effort derrière tout ça. J'ai compris que ma soeur était une menteuse de première catégorie: elle m'a dit que "c'était bon". Tsss... Sa fille, elle, qui est encore à l'âge de l'honnêteté, a réagit beaucoup plus naturellement à la dégustation de ces boules de laine d'acier:


Bon, tout de même, j'ai pour vous une bonne petite recette qui est ultra simple mais qui a réussit à réchapper un peu ce misérable petit déjeuner: un jus maison fraise, pomme et menthe. Il est encore meilleur quand on passe en même temps que les fruits dans la centrifugeuse deux centimètres de gingembre frais pelé. Bien entendu, mon gingembre était moisi ce matin là. Comme quoi tout va bien quand tout va bien, hein...

Jus maison pomme fraise et gingembre (2 personnes)

3 pommes (de préférence, assez acides)
1 tasse de fraises fraîches
2 cm de racine de gingembre pelée
quelques feuilles de menthe et 2 fraises pour la déco

Passer les pommes non pelées, les fraises et le gingembre dans la centrifugeuse. Servir immédiatement avec quelques feuilles de menthe ciselées et une fraise en déco.
BONNE FÊTE BLANCHE ET FRANCINE, je me reprendrai l'année prochaine ;) D'ici là, j'aurai bien acheté un petit kilo de farine blanche.

10 commentaires:

amelanche1 a dit…

Tu mérites tout l'amour de ta mère et ta soeur pour avoir déployé tant d'effort pour leurs anniversaires.
Merci de m'avoir rappeler que je ne suis pas la seule à être très humaine (gaffe et bordel culinaire occasionnel) et de m'avoir fait rire en ce jour tristounet.
Bonne journée...

alicia4 a dit…

Tes bricohes sont peut-être pas bonnes, mais toi, tu es pas mal bonne dans l'auto-dérision LOL

jo_L a dit…

Ah, donc ça arrive aussi à d'autres? Je pensais être la seule à avoir de super idées très attentionnées qui finissent par foirer... Mais ton récit et le jus rattrapent tout ça haut la main!

renaissance a dit…

on dit c'est l'intention qui compte ,comme c'était fait avec amour,je suis sure que tes brioches étaient pas si méchantes
Pour te consoler j'ai fais ta salade au tofu,même mon mari qui ne mange jamais de tofu la trouvée''Pas Pire'',mais ma fille et moi DÉLICIEUSE

Malorie a dit…

Super pour la salade :) Je la toruve vraiment bonne, moi aussi, une belle manière de manger du tofu d'une autre façon qu'en sauté ou mélangé avec de la viande dans une sauce à spag!

Katia a dit…

Oh non ! C'est tellement décevant de travailler autant pour obtenir un tel résultat... Ça aurait été possible de les passer en pouding au pain ou pain doré... ou bien elles étaient trop dures pour être coupées ?

Ton jus a l'air super, vraiment mon genre ! :)

Malorie a dit…

Les dernières ont traîné sur le comptoir quelques jours sous cellophane. Mon chat, dans une rage incroyable, leur a fait la passe au milieu de la nuit. Au petit matin, il y avait un tas de charpie et de morceaux de pellicule plastique partout sur le comptoir et sur le plancher.
Hier soir Louis voulait manger du sucre, j'avais encore que cette maudite farine de blé, j'ai fait un mélange de farine de blé et farine de riz dans un mélange à crêpes improvisé (farine de blé, farine de riz brun, sucre, oeuf, lait, eau, vanille), les crêpes se déchiraient plus facilement mais c'était délicieux. Au moins, la malédiction ne s'étend pas à toutes les pâtes sucrées...

Josée a dit…

Je suis vraiment désoler pour tes brioches.
Mais je dois t’avouer que ta façon de raconter ta mésaventure ma bien fait rire
Et je vais surement me risquer à essayer le jus maison (je suis certaine de ne pas me bruler l’œsophage:)

Alice a dit…

l'attention était bien belle .. pleine d'amour et de générosité .. c'est ce qui compte .. et à mon avis tu as réussis largement à de rattraper avec cette boisson tonique ,pétilante de saveurs !!

létitia a dit…

Bonjour,
je découvre tout juste ton blog qui me donne l'eau à la bouche. Bravo pour toutes ces recettes et ces photos appétissantes!
Létitia