jeudi 23 avril 2009

Ne vous inquiétez pas trop... et pourquoi pas une salade de cactus pour se sortir des situations épineuses?

Je sais, je ne réponds pas au téléphone, je sais, je vous ai dit de ne pas vous pointer chez moi. Je ne dis pas que je vais bien, mais je suis encore là, même si c'est le silence radio en général. J'écoute vos messages, je vais les lire aussi quand vous m'écrivez et oui, ça fait du bien. Je suis très embrouillée, en colère, peinée: je dois réfléchir et ça va prendre du temps je crois. J'ai trouvé le disque parfait pour vivre tout ça, c'est fou comme on écoute pas de la même façon dans ces cas là! Le disque Sky blue sky de Wilco est impeccable pour les moments difficiles.
Et vous voyez, je dois aller déjà un peu mieux, je réussis à être kétaine et avoir un peu d'humour: les arcs en ciel naissent des temps orageux et n'ayant vraisemblablement aucun self-esteem, je vous mets même ça en image!

J'ai plusieurs posts de retard niveau cuisine, je vais peut-être profiter de ma retraite forcée pour publier tout ça. Le frigo est plein de bouffe en train de se perdre, là encore, mes lecteurs gourmands seront peut-être les grands gagnants de toute cette histoire, il se pourrait bien que de cuisiner s'avère thérapeutique. Tant mieux pour vous!

Je m'excuse un peu pour l'accent très intime et peu limpide que prend ce message et que prendront peut-être aussi les suivants... mais bon, ce blog reste à la base un espace personnel pour moi. Je sais que c'est aussi un espace public, mais j'en ai rien à cirer.
Pour en revenir à la bouffe, j'ai cuisiné cette salade de cactus, le nopal pour être plus exacte, il y a une petite semaine. J'avais mangé une première fois la salade de nopal au Mexique, dans un marché public. J'avais beaucoup aimé alors.

J'avais vu plusieurs fois chez Sabor Latino des feuilles entières de cactus, fraîches. J'ai finalement sur un coup de tête décidé de bidouiller un truc autour de ça, et franchement, malgré quelques hésitations durant la cuisson, ce fut un succès, surtout après un petit 24h au frigo.

Il faut savoir que le nopal n'a pas que les épines pour nous décourager: une fois cuit, il est... gluant! Un peu comme l'ocra, quoi. Il faut bien le rincer et franchement, l'assaisonner et le faire mariner dans un peu de jus de lime pour en réveiller la saveur et pour (un peu) atténuer sa texture weird. Aussi, on doit le couper en petits dés si on ne veut pas carrément qu'il sorte directement de par où il est entré. Enfin, là je parle pour les non-initiés. J'ai beau personnellement adorer les nouvelles textures et tout ce qui sort de l'ordinaire, je ne pourrais pas manger une feuille entière, cuite, sans assaisonnement. Ça ne rentrerait juste pas. J'ai lu sur le net qu'on devait mettre un sous noir dans l'eau de cuisson pour atténuer le côté gluant de la chose. Juste de m'imaginer le goût de sous noir plus la texture du nopal, ça me donne des frissons sous les pieds. J'ai laissé faire, je ne veux même pas essayer ça, ça m'écoeure.

Pas de photo des feuilles avant cuisson, mon appareil n'avait plus de batteries :/ On peut aussi acheter le nopal en conserve, tout prêt. J'en ai acheté il y a des années et il est encore dans l'armoire :/

À part la texture, vous vous demandez c'est comment? Je dirais que ça fait penser franchement à de l'haricot vert, mais en plus gluant. Il y a une légère saveur citronnée après cuisson, très sympa. Sinon, ça n'a pas énormément de saveur pour être bien franche. C'est surtout très chouette et surprenant à servir. Nous, on a dégusté autour de ça: des haricots refrits, des tortillas, de la saucisse chorizo mexicaine et de la crème sure, avec bien entendu ma merveilleuse sauce au piment "aji amarillo".
Un délice improvisé en quelques minutes qui fait voyager je ne sais où entre Montréal et Mexico...

Salade de nopal à la coriandre et à la lime (4 bonnes portions)

3 feuilles fraîches de cactus (nopal)
2 tomates en dés
1 poivron rouge en dés
jus et zeste de 2 limes
1 petit bouquet de coriandre haché
1/4 d'oignon rouge finement ciselé
sel et poivre du moulin
aji amarillo ou sambal oelek ou piment habanero ou jalapenos hachés très finement au goût

À l'aide d'un linge, enlever les épines restantes sur les feuilles de cactus en les frottant fermement. Couper les feuilles en petits dés. Jeter dans une casserole d'eau bouillante salée et cuire jusqu'à ce que le nopal soit prêt, avec une texture et une couleur un peu comme les haricots verts un peu cuit (je ne sais pas trop, peut-être 10 mn?). Passer au chinois et bien rincer à l'eau froide courante.

Mélanger dans un bol tous les ingrédients, bien assaisonner et laisser reposer au frigo une petite heure. C'est bien meilleur le lendemain, quand les saveurs sont amalgamées.









4 commentaires:

Hispong Elbayne a dit…

Les images de tes plats sont toujours alléchantes. J'en bave!

Lèchevitrine a dit…

Salut Chipeuse!
Mais où sont les Mariachis? Je suis certaine qu'ils sortiraient volontiers une dame aussi charmante d'une situation épineuse ;-)

La bête a dit…

NAAAOOONNNN!!!!!!

De la bouffe qui se perd dans le frigo, c'est mal. MAL!!!

Mais ça tombe bien en quelque sorte, je manque de temps ces temps-ci pour cuisiner et je n'ai plus de petits plats au congélateur, alors je me porte volontaire pour faire ta poubelle. ;)

Pour le moral, personnellement, Richard Cheese, Afrodizz et Jimi Hendrix font bien le travail. :)

Katia a dit…

Étant un paradoxe vivant, je déteste les ocras pour mourir (parce que c'est gluant) mais la salade de nopal, ça va, j'adore. Je te trouve très courageuse d'avoir fait ça "from scratch" avec des feuilles fraîches. Quand on en avait mangé, on avait opté pour la bonne vieille conserve !